Acteurs français

Forum rattaché au site www.acteurs-francais.new.fr
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pascal Greggory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
stephanie
Admin sadique - Fanatique de Gérald
Admin sadique - Fanatique de Gérald
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 36
Localisation : avec Didoux ....
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Pascal Greggory   Mar 26 Fév - 0:04

Né le 8 Septembre 1954

Petit dernier d'une famille protestante, fils d'un homme d'affaires, Pascal Greggory intègre à 12 ans la chorale de l'Opéra de Paris. Elève au cours Périmony puis auditeur libre au Conservatoire, il apparaît au cinéma dans Docteur Françoise Gailland en 1975 avant d'interprèter le fils puceau de Klaus Kinski dans Madame Claude en 1977. Il fait bientôt deux rencontres décisives : André Techiné, qui confie à ce débutant le rôle-clé du frère des Soeurs Brontë (face aux stars Huppert-Adjani-Pisier) en 1979, et Eric Rohmer. Celui-ci le dirige au théâtre, puis dans Le Beau Mariage, et en fait un des héros de Pauline à la plage (1983), dans lequel il disserte et flirte aux côtés d'Arielle Dombasle. Fidèle à ses acteurs, le maître de la Nouvelle Vague le recontactera en 1993 (L'Arbre, le maire et la médiathèque).

Après une longue éclipse au milieu des années 80, Pascal Greggory, papillon de nuit qui ne se reconnaît pas dans l'image de sage éphèbe forgée par ses premiers films, retrouve goût à son métier grâce à Patrice Chéreau, rencontré en 1987, et qui devient alors son mentor. Leur collaboration embrasse théâtre (Dans la solitude des champs de coton, 1995) et cinéma (La Reine Margot puis Ceux qui m'aiment prendront le train en 1998), et culminera à l'écran avec Gabrielle (2005), dans lequel l'acteur impressionne en mari bourgeois abandonné par Isabelle Huppert.

A partir des années 90, Pascal Greggory, acteur libre et libéré, sauvé (de son propre aveu) par la psychanalyse, fait preuve d'audace et d'éclectisme dans ses choix : saisissant en taulard musclé (Zonzon de Laurent Bouhnik, 1998), drôle en indécis chronique (La Confusion des genres avec à la clé une nomination au César du Meilleur acteur en 2001), pathétique en père bègue dans Pardonnez-moi (2006), le raffiné Gréggory se montre à l'aise dans les films d'époque, de Jeanne d'Arc au Temps retrouvé. Ne dédaignant pas l'action (Nid de guêpes) ni les grosses productions (il est l'imprésario de La Môme-Cotillard en 2007), il garde une préférence pour un cinéma plus personnel, celui de Zulawski (La Fidélité) ou Doillon (sa prestation dans Raja en 2003 est des plus remarquée), lui qui déclara à Libération : "Dans ma vie, j'ai raté tous les trucs officiels. Le bac, le concours du Conservatoire, les César. Je préfère être dans la marge, là où il y a davantage d'air pour respirer."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stephanie01.mon.allocine.fr
 
Pascal Greggory
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pascal Greggory
» La trilogie des Valois 1 : LA REINE MARGOT
» L'Arnacoeur (de Pascal Chaumeil)
» Derriere les murs de Julien Lacombe et Pascal Sid.
» Pascal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Acteurs français :: Acteurs francais :: G-
Sauter vers: